Navigation

Val d'Isère assouplit son arrêté sur le port du masque

Ce contenu a été publié le 19 avril 2020 - 18:59
(Keystone-ATS)

Rendu "obligatoire" par un arrêté pris début avril par la municipalité, le port du masque n'est désormais plus que "fortement conseillé" à Val d'Isère (Savoie). La commune a été invitée à assouplir sa décision pour "ne pas déroger aux règles de l'Etat".

"J'ai pris cet arrêté pour créer un sursaut alors qu'on nous demandait de faire preuve de fermeté sur le confinement", a expliqué dimanche à l'AFP le maire par intérim Gérard Mattis, confirmant une information de France 3 Alpes. "Mais la préfecture de Savoie est intervenue pour nous inviter à ne pas déroger aux règles de l'Etat. Elle m'a demandé de retirer le mot 'obligatoire' du texte".

"A compter du 14 avril 2020, le port d'un masque de protection respiratoire individuelle est fortement conseillé sur l'ensemble du territoire communal de Val d'Isère", précise le nouvel arrêté municipal qui remplace celui en vigueur.

Le 8 avril, M. Mattis avait pris un arrêté rendant obligatoire en cas de sortie le port du masque ou de "toute pièce de tissu" couvrant la partie inférieure du visage pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 dans la célèbre station de ski.

L'ancien premier adjoint au maire espérait créer "un déclic" et "faire de la pédagogie" sur le respect de la distanciation sociale en contraignant ainsi les 1460 habitants de sa commune. Le non respect de cet arrêté qui visait aussi à anticiper le déconfinement, durant lequel le port du masque sera selon lui "certainement préconisé", pouvait faire l'objet d'une amende de 35 euros.

"Personne n'a été verbalisé pour cette raison (...). 95% des habitants qui sortent aujourd'hui de chez eux ont le bas du visage recouvert. C'est une réussite", estime l'élu par intérim.

Val d'Isère n'est pas la seule commune à s'être vue rappelée à l'ordre. Jeudi 8 avril, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a suspendu l'arrêté pris par le maire de Sceaux (Hauts-de-Seine), qui imposait également à ses administrés de sortir le visage couvert.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.