Du matériel de protection médical chinois pour la Suisse romande

La livraison en Suisse de matériel de protection médical fabriqué en Chine est une opération complexe à réaliser. La demande est très forte et l'offre est réduite (archives). KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT sda-ats

Un avion en provenance de Chine, avec dans ses soutes 92 tonnes de matériel de protection médical, doit se poser la semaine prochaine à Genève. Cette opération privée vise à répondre aux besoins des hôpitaux romands et tessinois en pleine crise liée au coronavirus.

Trois autres vols du même type devraient suivre, font savoir lundi les responsables de la Chambre de commerce Chine-Suisse (section romande) et de la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève (CCIG), confirmant une information diffusée lundi sur les ondes de la RTS.

Ces deux organismes ont été sollicités par neuf structures hospitalières cantonales et quatre faîtières de pharmaciens de Suisse latine. Celles-ci étaient prêtes à financer l'achat de matériel de protection médical, mais n'avaient pas le réseau pour entrer en contact avec les producteurs de ces biens en Chine.

La réponse de la Chambre de commerce Chine-Suisse et de la CCIG a été immédiate. Une cellule a été dédiée à cette opération "citoyenne", explique le directeur de la CCIG Vincent Subilia. L'ambassadeur de Chine en Suisse, Geng Wenbing, a été approché. Il a lui-même joint le ministère du commerce chinois.

"Nous ne voulions pas nous lancer dans cette opération sans obtenir des garanties étatiques" en Chine, souligne Christophe Weber, le président de la Chambre de commerce Chine-Suisse (section romande). Le ministère du commerce chinois a très rapidement désigné une entreprise fabriquant du matériel de protection médical.

Prêt pour l'expédition

Actuellement, les masques, les gants, les blouses, les lunettes et les thermomètres sont dans un entrepôt près d'un aéroport à Shanghai. La SGS s'est chargée gratuitement du contrôle du matériel qui sera expédié en Suisse. Il ne reste plus maintenant qu'à attendre.

L'appareil, un Boeing 747, devrait se poser la semaine prochaine à Genève. Mais tout doit encore être mis au conditionnel, avertit M. Subilia. A cause de cette crise sanitaire sans précédent, les temps de dédouanement en Chine sont gigantesques. Le ciel est aussi totalement saturé pour les avions cargo.

Sans compter les frais de transport, la commande totale s'élève à environ 10 millions de francs. Les autorités cantonales romandes et tessinoises ont apporté leur soutien à cette action. En revanche, la Confédération a été un peu plus lente à réagir. Elle a finalement indiqué que toute initiative privée était bonne à prendre.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article