Le maoïste Zhang Yunfan détenu pour "troubles à l'ordre public"

L'ombre du Grand Timonier plane toujours sur les affaires intérieures chinoises (archives) KEYSTONE/EPA/WU HONG sda-ats

Zhang Yunfan, un intellectuel maoïste chinois, a été placé en détention en novembre dernier en Chine pour "trouble à l'ordre public", ont rapporté mercredi ses sympathisants et auteurs d'une pétition. Elle a été adressée au pouvoir en place à Pékin.

Le jeune diplômé de la prestigieuse université de Pékin a été interpellé alors qu'il animait une discussion consacrée à l'attitude des autorités envers les prises de parole "gauchistes" dans une université de Canton, dans le sud du pays, selon ses partisans.

Sans procès, Zhang Yunfan a été placé en détention pour six mois pour "organisation de rassemblement de nature à troubler l'ordre public", selon le texte de la pétition déjà signée par plus de 350 personnes, surtout des universitaires, des étudiants ou des journalistes.

Deux professeurs d'université ont confirmé avoir signé la pétition, un rare geste de défi au régime du président Xi Jinping. "Il n'est pas juste qu'il ait été arrêté simplement pour avoir participé à une conférence", a déclaré le professeur Kuang Xinnian de l'université Tsinghua à Pékin.

Interrogée, la police de Canton à qui la pétition a été adressée a répondu qu'elle n'était pas autorisée à évoquer cette affaire.

La personnalité de Mao Tsé-toung, fondateur en 1949 de la République populaire, reste intouchable en Chine malgré les millions de morts attribués au dictateur durant son règne, achevé par sa mort en 1976. Certains militants de gauche révèrent sa mémoire en accusant ses successeurs d'avoir abandonné le rêve de l'égalitarisme communiste, dans un pays où les écarts de richesse sont devenus considérables.

Ils ont généralement plus de marge de manoeuvre pour exprimer leurs opinions que les dissidents "droitiers" qui réclament la démocratie et le respect des droits humains. Ces derniers sont régulièrement condamnés à de lourdes peines de prison pour "subversion".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article