Moscou et Pékin tentent de raisonner Trump et Kim Jong-un

Sergueï Lavrov a fustigé "l'hystérie militaire" des principaux acteurs de la crise dans la péninsule coréenne KEYSTONE/EPA/ANDREW GOMBERT sda-ats

Brandir "l'hystérie militaire" dans la crise nord-coréenne "mène non seulement à l'impasse mais aussi à la catastrophe", a dit jeudi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov devant l'Assemblée générale de l'ONU. Son homologue chinois Wang Yi prône la négociation.

Alors que le président américain Donald Trump avait menacé mardi à la même tribune de "détruire totalement" la Corée du Nord, le chef de la diplomatie russe a plaidé pour une solution politique tout en condamnant "l'aventurisme de Pyongyang".

Sergueï Lavrov a demandé à la communauté internationale d'"appuyer la feuille de route proposée par la Russie et la Chine" en faveur d'un double moratoire: arrêt des essais balistiques et nucléaires nord-coréens mais aussi des exercices militaires américano-sud-coréens. Mais cette offre a été rejetée par Washington.

Pour sa part, la Chine estime que "la négociation est la seule solution" pour résoudre la crise nucléaire nord-coréenne. Wang Yi s'exprimait aussi devant l'Assemblée générale de l'ONU à New York.

"Nous exhortons la Corée du Nord à ne pas aller plus loin" sur "cette voie dangereuse", a-t-il lancé. Le chef de la diplomatie chinoise a prôné "la dénucléarisation complète et irréversible" de la péninsule coréenne. "L'espoir de paix demeure", a-t-il assuré, appelant les pays concernés, dont les Etats-Unis et la Corée du Nord, à "se réunir" autour d'une table de négociations.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article