Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

2012: la fin du monde ou le salut?

Ignorant le spirituel au profit du catastrophisme, le film «2012» a largement diffusé l'idée qu’il se passera quelque chose.

Ignorant le spirituel au profit du catastrophisme, le film «2012» a largement diffusé l'idée qu’il se passera quelque chose.

(Keystone)

Les prédictions se sont amplifiées ces dernières années: le très ancien calendrier maya s'arrête le... 21 décembre 2012. L’humanité aime jouer à se faire peur mais rêve surtout d’un monde meilleur. Décryptage avec le spécialiste Jean-François Mayer.

Jusqu’ici, l’humanité a réchappé de dizaines, sinon de centaines de prophéties. Les théories les plus diverses continuent d’exploiter guerres, tsunamis, attentats, catastrophes nucléaires, crises majeures, pandémies et autres menaces de météorites.

Le 11.11.2011 avait donné du grain à moudre à nombre de numérologues et prophètes. Ce jour-là, les autorités égyptiennes ont même fermé la pyramide de Khéops pour empêcher d’éventuels rituels de passage dans l’autre monde.

Et voilà 2012! Pour certains, le solstice d’hiver offrira un alignement extraordinaire entre le centre de notre galaxie, le Soleil et Vénus, planète vénérée par les Amérindiens. Très avancée en astronomie et mathématiques, la civilisation maya nous a laissé son calendrier. Or les cycles de 23'000 ans de ce calendrier s'arrêtent le... 21 décembre 2012.

Les Mayas

Une des plus anciennes civilisations d'Amérique (et des plus avancées) dont les origines remontent à la Préhistoire.

Elle est situé sur ce que sont actuellement le Mexique, le Belize, le Guatemala, le Honduras et le Salvador. Les premières constructions ont été datées du 3e millénaire avant J.-C.

Le calendrier cyclique est à l’origine du mayanisme et autres courants millénaristes du New Age. La fin du calendrier le 21.12.2012 est en réalité la fin d’un cycle. Parmi d’innombrables publications, des scientifiques néerlandais ont notamment affirmé que la date est une faute de calcul et qu’elle est en réalité pour 2220.

Fin de l'infobox

swissinfo.ch: Jean-François Mayer, en tant que directeur de Religioscope, que pensez-vous de ces prophéties?

Jean-François Mayer: La prédiction pour le 11.11.2011 d’un tournant important, voire catastrophique, peut-être avec une évacuation vers une autre dimension, remontait aux années 1990. Cela dit, cette date n'a jamais suscité des attentes aussi larges que celles développées autour de la fin de l’année 2012 et du calendrier maya.

Au départ, la référence au calendrier maya remonte à un Américano-Mexicain, José Argüelles, qui a publié un livre en 1987et organisé la «convergence harmonique», un rassemblement d’adeptes du courant New Age qui s’est développé à l’époque et avait tenu une grande méditation collective sur plusieurs points du globe pour préparer le chemin vers un saut évolutif de l’humanité. José Argüelles ne saura pas s’il avait raison puisqu’il est décédé en 2011, mais il est à l’origine de cette explosion d’intérêt pour 2012.

Avec l’approche de la date, ce thème a été repris par une série d’auteurs développant chacun sa théorie, d’où des variations dans les dates annoncées. Puis Hollywood a fortement contribué à le diffuser avec 2012, le film de Roland Emmerich sorti en 2009. Plusieurs enseignants en Suisse et en France m’ont raconté que des élèves sont préoccupés par cette idée que le monde peut se terminer l’année prochaine.

swissinfo.ch: Les catastrophes, cinématographiques ou réelles, nourrissent toutes sortes de croyances. Les grandes religions abordent aussi la fin du monde, à commencer par la chrétienne avec l’Apocalypse. Pourquoi les humains aiment-ils tant jouer à se faire peur?

J.-F.M.: Jouer à se faire peur occupe une certaine place, notamment chez des jeunes, mais ce n’est qu’un aspect. Il est vrai que l’Apocalypse a fourni une sorte de toile de fond qui a excité les imaginations au fil des siècles. Mais l’Apocalypse ne dit pas que c’est la fin de tout: elle prédit un nouveau commencement et porte l’espoir d’un monde enfin dépouillé des défauts du nôtre, où il n’y aura plus d’injustices, plus de maladies, d’un monde en quelque sorte parfait.

De même, la plupart des scénarios autour de 2012 mettent l’accent sur le passage dans une nouvelle ère. Ces messages sont une revitalisation des courants du New Age qui aspiraient à une transformation collective de l’humanité, de la conscience humaine. On a pu dire par la suite que cette dimension collective était passée à l’arrière-plan au profit de l’idée d’épanouissement personnel.

Mais je pense que cet espoir d’un monde transformé était toujours présent et qu’il ré-émerge à travers la cristallisation sur une date. Cela répond aux aspirations d'un public engagé dans des quêtes spirituelles sur les marges des grandes traditions religieuses. C’est aujourd’hui un monde foisonnant, et un marché prospère.

New Age

ou Nouvel Age: courant spirituel issu dans les années 1980 des nouveaux mouvements religieux nés dans les années 1960, surtout aux Etats-Unis, suite à la crise des idéologies et du refus de la croissance et du consumérisme. Il s’inspire des Enfants du Verseau, publié en 1980 par Marilyn Ferguson (1938-2008), qui prône la transformation des individus par l’éveil spirituel dans le but de changer l’humanité.

Convergence harmonique: rassemblement du courant New Age organisé en août 1987 en différents lieux symboliques de la planète. La date avait été choisi en fonction du calendrier maya et parce que plusieurs planètes se seraient alors trouvées dans un alignement particulier. L’un des organisateurs a été José Argüelles (1939-2011), auteur du Facteur maya en 1987, exposant sa théorie de la fin du monde en 2012.

Fin de l'infobox

swissinfo.ch: Mais les prophètes prennent des risques puisque, jusqu’ici, leurs prédictions ne se sont toujours pas vérifiées…

J.-F.M.: On n’a retrouvé aucune prédiction claire des Mayas sur une fin de l’humanité, mais ce calendrier et la date de 2012 ont offert un argument à ces théories, supposées s'appuyer sur les enseignements d'une culture plus sage que la nôtre.

Du reste, beaucoup d’auteurs déjà actifs auparavant ont intégré 2012 comme un argument supplémentaire. Par exemple, nous avons un Suisse qui est l'un des auteurs les plus vendus au monde, Erich von Däniken: depuis les années 1960, il a publié des dizaines de livres sur les origines mystérieuses des civilisations et les interventions extra-terrestres dans l'histoire lointaine. Il a même créé le Mystery Park d’Interlaken en 2003, qui a eu son succès avant de fermer en 2009. Erich von Däniken s’est mis lui aussi à utiliser le thème de 2012: le calendrier maya annoncerait le retour des extra-terrestres.

Cela dit, la plupart des auteurs s’abstiennent de donner une date exacte mais évoquent plutôt 2012 comme le début d’un processus; d’autres, comme Erich von Däniken, comptent avec une marge d’erreur de plusieurs dizaines d’années. En tout cas, des stratégies d’explication sont déjà en place pour éviter que la non-réalisation d'un événement soit interprétée comme un échec.

swissinfo.ch: C’est donc une sorte de marché spirituel?

J.-F.M.: Effectivement, ces dernières années, on a vu des descendants de Mayas en costume traditionnel arriver sur le marché européen pour expliquer ce qu’il faut penser de 2012. L’été dernier encore, un groupe du Guatemala a rassemblé quelque 600 personnes à Berne et a rempli le Palais des congrès à Zurich sans la moindre publicité, uniquement par le bouche à oreille!

C’est intéressant, car la dimension indigéniste de leur message ne répond pas nécessairement aux attentes d’ici. En revanche, les aspects écologiques ou féministes résonnent dans un public occidental. La fascination pour des cultures exotiques idéalisées entraîne des reprises sélectives.

Pour la petite histoire, ce groupe venu en Suisse l'été dernier appartient à un mouvement religieus néo-maya qui compte également l’ancien président du Guatemala (Alvaro Colom, ndlr) parmi ses membres. Celui-ci n’a pas la moindre origine maya, mais il a été fait prêtre maya honorifique par le fondateur du mouvement.

Un autre exemple est celui de Madre Mah Kin au Mexique, qui annonce aussi l’amorce d’un nouvel âge en 2012, où les femmes joueront un rôle central. Si on gratte un peu, on voit que son message est très loin d'une religion populaire indigène, mais intègre beaucoup de thèmes empruntés à des groupes et penseurs occidentaux. Il y a donc une interaction, une fertilisation mutuelle, fascinante et, en 2012, il y a de fortes chances pour que ces pays d’Amérique centrale voient affluer des gens d’un peu partout venant préparer le grand tournant.

Jean-Francois Mayer

Né à Fribourg (Suisse) en 1957, Jean-François Mayer est titulaire d’un doctorat en histoire et civilisations de l'Université de Lyon.

1991-1998: a travaillé comme analyste sur les affaires internationales et stratégiques pour le gouvernement suisse.

1999-2007: enseigne à l'Université de Fribourg.

1999: fonde le cabinet d'études stratégiques JFM Recherches et Analyses.

2007: crée Religioscope, site offrant des informations et études sur le rôle et la place des religions dans le monde.

Egalement rédacteur associé de Religion Watch, lettre d'information publiée depuis plus de vingt ans à New York, Jean-François Mayer a créé plusieurs sites web et est l'auteur d'une dizaine d'ouvrages et de nombreux articles.

Fin de l'infobox

swissinfo.ch


Liens

×