Navigation

Comment la Suisse transmet des messages entre l’Iran et les États-Unis

Procession autour du cercueil du général Qassem Soleimani, lundi à Téhéran en Iran, lors des funérailles des victimes des attaques américaines. Keystone

Alors que les tensions se font de plus en plus vives entre l’Iran et les États-Unis, le rôle d’intermédiaire joué par la Suisse revient sur le devant de la scène. Mais pourquoi ce petit pays neutre s’implique-t-il dans de tels conflits?

Ce contenu a été publié le 07 janvier 2020 - 17:10
swissinfo.ch

De quoi parle-t-on?

End of insertion

Depuis que les États-Unis ont assassiné le général iranien Qassem Soleimani vendredi dernier en Irak, les tensions ne cessent de croître entre les gouvernements américain et iranien, chacun annonçant tour à tour les pires représailles.

Le président des États-Unis, Donald Trump, a enchaîné les menaces sur son compte Twitter. Si bien que les autorités iraniennes ont convoqué dimanche le messager suisse qui fait l’intermédiaire entre les deux pays. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAELien externe) confirme qu’une rencontre a bien eu lieu dans le cadre du mandat de puissance protectriceLien externe de la Suisse. Mais il précise que le contenu de cette discussion est «confidentiel».

Les derniers rebondissements:

  • 5 janvier 2020: les députés irakiens demandent que les États-Unis retirent leurs troupes du pays et le gouvernement annonce mettre fin aux restrictions de son programme nucléaire prévues dans l’accord de VienneLien externe de 2015.
  • 3 janvier 2020: le général iranien Qassem Soleimani est assassiné lors d’un raid de l’armée américaine à Bagdad, en Irak.
  • 31 décembre 2019: des milliers d’Irakiens attaquent l’ambassade américaine à Bagdad pour protester contre des frappes américaines qui ont tué 25 personnes dans l’Ouest du pays.
End of insertion


Qu’est-ce qu’un mandat de puissance protectrice?

End of insertion

«Lorsque deux pays se déclarent la guerre, la première chose qu’ils font est de rompre les relations diplomatiques. C’est la plus grosse bêtise qu’ils peuvent faire, mais c’est ce qui arrive toujours, nous expliquait l’ancien ambassadeur de Suisse en Iran, Philippe Welti, dans un entretien datant de 2013. Donc, dès que deux pays rompent leurs relations diplomatiques, ils ont besoin d’un tiers pour maintenir un canal avec leur ennemi. Un type de mandat que la Suisse neutre a pu remplir.»

Concrètement, cela signifie qu’un émissaire suisse fait office de messager et ouvre ainsi un canal de communication entre deux États. Trois conditions doivent être remplies, relève Philippe Welti: «Être en mesure de transmettre les messages 24h/24; la procédure doit être totalement confidentielle; la transmission du message, y compris au niveau oral, doit être totalement impartiale et fidèle au message.»

Par définition, le mandat de puissance protectrice consiste à exécuter les ordres du pays représenté et rien de plus.

Depuis quand la Suisse reçoit-elle ce type de mandat?

End of insertion

La première fois que la Confédération a assuré ce rôle d’intermédiaire remonte à la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Elle représentait en France les intérêts du Royaume de Bavière et du Grand-Duché de Bade.

La Suisse a été particulièrement active durant la Seconde Guerre mondiale, apparaissant comme le messager idéal en raison de sa neutralité. Durant cette période, elle a représenté les intérêts de 35 États, dont certaines des grandes puissances en guerre, à travers plus de 200 mandats ponctuels. Actuellement, elle exerce des mandats de ce type pour l’Iran, les États-Unis, la Russie, la Géorgie et l’Arabie saoudite.

Kai Reusser / swissinfo.ch

​​​​​​​

Quel rôle joue la Suisse dans le conflit entre l’Iran et les États-Unis?

End of insertion

La Confédération représente les intérêts américains en Iran depuis 1980. Lors de la proclamation de la République islamique d’Iran, l’ambassade des États-Unis à Téhéran avait été prise d’assaut et des diplomates américains retenus en otage. Les USA avaient alors décidé de rompre leurs relations diplomatiques avec l’Iran, tout en confiant à la Suisse un mandat de puissance protectrice. «La section des intérêts étrangers de l’ambassade de Suisse à Téhéran traite l’ensemble des affaires consulaires des États-Unis en Iran: cela comprend les demandes de passeport, les changements d’état civil ou encore la protection consulaire de ressortissants américains», précise le DFAE sur son site internetLien externe.

Dans le conflit actuel, la Suisse transmet des messages confidentiels entre les deux pays. Un canal de communication discret qui peut permettre de trouver des compromis ou d’apaiser certaines tensions. Mais rien n’est garanti.

Contenu externe


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.