Des perspectives suisses en 10 langues

Le PS lance les auditions publiques des candidates à Lucerne

Les candidates du PS au Conseil fédéral Eva Herzog, Evi Allemann et Elisabeth Baume-Schneider ont débattu lundi soir au Neubad, l'ancienne piscine couverte de la ville de Lucerne. KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER sda-ats

(Keystone-ATS) Les trois candidates du PS qui se battent pour une place sur le ticket à deux pour succéder à la conseillère fédérale démissionnaire Simonetta Sommaruga ont répondu au public lundi soir à Lucerne. Il s’agissait de la première de quatre auditions prévues cette semaine.

Les trois tables rondes au milieu du Neubad, l’ancienne piscine municipale, étaient occupées par les trois femmes qui se sont officiellement portées candidates à la succession de Sommaruga jusqu’au délai fixé lundi à midi: la conseillère aux Etats de Bâle-Ville Eva Herzog, la conseillère d’Etat bernoise Evi Allemann et la conseillère aux Etats jurassienne Elisabeth Baume-Schneider.

Le coprésident du PS Cédric Wermuth a ouvert la soirée en faisant l’éloge des trois “excellentes candidatures”. Selon lui, le PS est en mesure de présenter à l’Assemblée fédérale le ticket le plus compétent pour le Conseil fédéral. La soirée a été animée par David Roth, vice-président du PS et président du parti cantonal lucernois, en présence de près de 200 spectateurs et de nombreux journalistes.

Interrogées sur un éventuel hobby extravagant – un brevet de pilote? a demandé l’animateur – aucune des trois candidates n’a pu surprendre l’assistance: “Cuisiner, lire, jardiner”, a par exemple répondu Elisabeth Baume-Schneider.

Climat, égalité, UE

Les trois femmes étaient d’accord pour dire qu’on ne peut rien reprocher à la conseillère fédérale sortante sur les questions climatiques. Si elle devait succéder à Mme Sommaruga, la candidate jurassienne entend montrer qu’on ne peut plus compter sur l’étranger pour les questions énergétiques, a-t-elle déclaré. Quant à Mme Herzog, elle estime qu’on sait en fait ce qu’il faut faire, mais “il s’agit maintenant surtout d’aller vite”.

Concernant l’égalité, Evi Allemann estime qu’il reste un “long chemin” à faire, surtout pour les salaires. La Bernoise entend créer l’adhésion à toutes les questions purement monétaires.

Eva Herzog a plaidé pour les quotas, estimant que les choses vont “trop lentement”. Elle dit s’engager pour l’indépendance des femmes à tous les niveaux. Il faut notamment développer des structures d’accueil de jour abordables ou l’imposition individuelle.

Une spectatrice a demandé aux trois femmes ce dont elles auraient le plus de respect en tant que conseillères fédérales. “Les conséquences de décisions prises”, a répondu Eva Herzog. “La responsabilité”, a dit Evi Allemann. Et Elisabeth Baume-Schneider: “La démocratie et le fédéralisme”.

Concernant les relations avec l’UE, il ne sert à rien d’être une île en Europe, estime la Jurassienne. Une solution rapide est nécessaire, surtout pour les hautes écoles et la recherche, a-t-elle ajouté. La candidate bâloise partage cet avis. Et selon la Bernoise, il n’y a rien d’autre que de continuer à travailler “avec urgence sur les questions institutionnelles”.

Faire connaissance

Avec les quatre auditions publiques que le PS organise pour la première fois sous cette forme, le parti veut donner à ses membres et à la population la possibilité de faire connaissance avec les candidates au Conseil fédéral.

Les auditions s’enchaînent: mardi, les trois politiciennes se présentent à Lausanne, mercredi à Zurich et jeudi à Liestal. Vendredi, le conseil du PS donnera sa recommandation. Samedi, le groupe parlementaire établira le ticket officiel. L’élection se fera le 7 décembre.

Les plus appréciés

Les plus discutés

SWI swissinfo.ch - succursale de la Société suisse de radiodiffusion et télévision

SWI swissinfo.ch - succursale de la Société suisse de radiodiffusion et télévision