Navigation

Vente accrue de produits dangereux avec du cannabis synthétique

Des organsiations criminelles ajoutent aussi les cannabinoïdes synthétiques dangereux à des produits légaux, vendus au noir à des prix surévalués (photo symbolique). KEYSTONE/AP/CHARLES REX ARBOGAST sda-ats
Ce contenu a été publié le 03 avril 2020 - 12:50
(Keystone-ATS)

Des produits dangereux traités avec du cannabis synthétique envahissent de plus en plus le marché noir. Ils peuvent entraîner des troubles gastriques ou psychiques, une perte de conscience, voire un infarctus. Le canton de Zurich lance une mise en garde.

Les saisies de chanvre traité avec des cannabinoïdes synthétiques se multiplient depuis le début de l'année, constate l'institut de science forensique de Zurich. Cette tendance est également observée par le centre zurichois d'information sur les drogues, qui analyse la composition des stupéfiants. Il en va de même du haschisch traité de manière identique.

Depuis plus de dix ans, la production de substances synthétiques de ce type augmente, indique vendredi le service zurichois de prévention des addictions. Leur effet est proche de celui du THC issu du chanvre naturel.

Aussi ajoutés à des produits légaux

Or, des organisations criminelles ajoutent aussi ces cannabinoïdes synthétiques à des produits légaux à base de chanvre. Elles les vendent ensuite sur le marché noir à des prix surévalués.

Pour les consommateurs, il est impossible de dissocier à l'oeil nu un produit traité avec cette substance artificielle d'un produit entièrement naturel. Pourtant, les cannabinoïdes synthétiques sont déjà toxiques en petites quantités, souligne le service de prévention.

Outre de nombreux troubles de la santé physique et psychique, ces produits peuvent entraîner un comportement violent. Il n'existe aucun antidote, ce qui rend la tâche des services d'urgence particulièrement difficile en cas de surdose.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.