Victime d'une attaque informatique, un EMS argovien a payé une rançon

L'EMS de Schöftland avait accès aux données des patients à travers des dossiers mis à jour manuellement. Malgré cela, il a cédé aux exigences financières des pirates et n'a déposé plainte que bien plus tard (photo symbolique). KEYSTONE/EPA ANP/ROB ENGELAAR sda-ats
Ce contenu a été publié le 19 décembre 2017 - 16:27
(ATS)

Victime d'une cyber-attaque en novembre, un EMS argovien a cédé aux exigences des pirates informatiques en payant une rançon. L'institution n'a déposé plainte que le 13 décembre. Les autorités déconseillent de verser toute rançon aux hackers.

L'enquête est en cours, a indiqué mardi à l'ats un porte-parole de la police argovienne. Ce dernier confirmait une information révélée par l'Aargauer Zeitung.

Les pirates avaient placé un cheval de Troie dans le système informatique du home pour personnes âgées de Schöftland (AG), bloquant ainsi tout accès aux informations concernant la centaine de pensionnaires de l'EMS. Afin d'avoir de nouveau accès aux données, l'établissement médico-social était sommé de payer une rançon.

Les dossiers des patients sont toutefois aussi répertoriés manuellement. Ils étaient donc disponibles à tout moment durant l'attaque. Malgré cela, l'établissement a cédé aux exigences financières des pirates. On ignore pour l'heure quel montant l'EMS leur a versé.

Dans ce genre de cas, les pirates réclament plusieurs milliers de francs la plupart du temps, sans garantie absolue pour les victimes que le dommage soit réparé, précise le porte-parole des forces de l'ordre. La police et la Centrale d'enregistrement et d'analyse pour la sûreté de l'information (Melani) déconseillent donc aux victimes de cyber-attaques de payer toute rançon.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article