Navigation

Calmy-Rey rejoint la fondation pour renforcer le rôle de la Suisse

L'ancienne présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey va rejoindre l'ancien patron de Nestlé Peter Brabeck-Letmathe dans l'organe de surveillance de la fondation Geneva Science and Diplomacy Anticipator sur la Genève internationale (archives). KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI sda-ats
Ce contenu a été publié le 29 mai 2019 - 16:43
(Keystone-ATS)

L'ex-conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey rejoint le conseil du Geneva Science and Diplomacy Anticipator (GESDA). Présidée par l'ex-patron de Nestlé Peter Brabeck-Letmathe, l'entité devra renforcer le rôle de la Suisse comme centre multilatéral au 21e siècle.

Mme Calmy-Rey représentera le canton de Genève dans le conseil de fondation de l'institution soutenue par le Conseil fédéral, le gouvernement genevois et le Conseil administratif de la Ville de Genève, a affirmé mercredi le Conseil d'Etat. Des ONG avaient récemment dénoncé la nomination de M. Brabeck-Letmathe à la tête du GESDA et de l'ancien président de l'EPFL Patrick Aebischer comme vice-président.

Elles estimaient que l'incertitude sur le mandat de la fondation laissait penser que le monde des affaires contrôlerait la Genève internationale. Elles admettaient le rôle du secteur privé pour rapprocher la science et la diplomatie mais demandaient davantage de diversité dans les profils qui pilotent la fondation. Le conseiller fédéral Ignazio Cassis avait de son côté nommé il y a une semaine le professeur bernois Matthias Egger pour représenter la Confédération.

Le GESDA doit permettre à la communauté internationale de s'appuyer sur un instrument flexible pour favoriser le travail des organisations internationales sur les thématiques de la diplomatie multilatérale du 21e siècle. Notamment face aux défis liés aux nouvelles technologies.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) va financer la fondation, pas encore opérationnelle, avec une enveloppe de 3 millions de francs sur trois ans au total. Le canton et la Ville de Genève devraient chacun attribuer 300'000 francs sur la même période.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article