Navigation

Skiplink navigation

Un parlement suisse légèrement plus latin

Le siège du Parlement suisse, à Berne. Keystone

Dès les prochaines élections fédérales de 2019, le Parlement comptera deux députés francophones de plus et deux germanophones de moins. Rien d’étonnant à cela: se voulant le reflet du peuple suisse, la Chambre basse s’adapte périodiquement à l’évolution démographique.  

Ce contenu a été publié le 31 août 2017 - 15:21

Dès 2019, les cantons francophones de Genève et de Vaud disposeront chacun d’un siège supplémentaire à la Chambre basse (Conseil national). En contrepartie, les cantons germanophones de Berne et de Lucerne en perdront chacun un. 

Le nombre total de sièges à la Chambre basse a été fixé à 200 en 1963. Ceux-ci sont répartis entre les 26 cantons proportionnellement à leur poids démographique. Le nombre de députés par canton varie donc fortement, comme le montre ce graphique.

Contenu externe


Mais le nombre de sièges à disposition d’un canton à la Chambre basse n’est pas immuable. Une nouvelle répartition a lieu tous les quatre ans sur la base du nombre d’habitants permanents dans les cantons. 

Chambre haute pas concernée 

La Chambre haute (Conseil des Etats) n’est pas concernée par l’évolution démographique. Tous les cantons ont droit à deux sièges – un seul pour les trois cantons qui se sont séparés en deux à un moment de leur histoire (Bâle-Campagne – Bâle-Ville / Appenzell Rhodes-Intérieures – Appenzell Rhodes-Extérieures / Obwald – Nidwald) – indépendamment du nombre de leur population.

A noter que contrairement à d’autres pays – comme le Royaume-Uni – les deux Chambres du Parlement suisse disposent des mêmes pouvoirs. Pour être adoptée, une loi doit être approuvée à la fois pas les sénateurs et les députés. 

Population en hausse 

A fin 2016, la population suisse comptait 8,4 millions de résidents permanents, ce qui représente une hausse de 1,1% par rapport à l'année précédente. Argovie, Zoug, Vaud et Zurich ont enregistré les accroissements de population les plus importants. 

Tels sont les résultats définitifs publiés mercredi par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Plusieurs facteurs expliquent cette augmentation démographique. 

Au solde migratoire positif (+71'000 personnes) s'ajoute l'accroissement naturel de la population qui concerne pratiquement tous les cantons. 

Le nombre de résidents étrangers a cru plus rapidement que le nombre de résidents suisses (2,6% contre 0,6%). Avec 2,1 millions d'individus, la population étrangère représente désormais 25% des habitants.

ATS

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article